Dans la scène BDSM/kinkster, vous rencontrerez le terme « primal » comme une auto-définition.

« Primal » signifie animaliste, principalement dans la relation (sexuelle).

Dans la scène BDSM, les gens discutent souvent à l’avance de la définition des rôles lorsqu’il s’agit des rencontres à venir. Lorsqu’il s’agit de « primal », c’est plutôt quelque chose d’un peu plus qui se passe entre les gens. Les personnes qui se définissent comme « primales » laissent les choses se produire, quelque chose qui se gagne plutôt qu’un jeu qui se joue.

Les choses se produisent parce que les partenaires (sexuels) ne se retiennent pas, mais laissent plutôt les couches primaires de notre cerveau décider de ce qui se passe pendant les rapports sexuels et les fréquentations. C’est un choix de ne pas appliquer certaines restrictions lorsqu’il s’agit de pulsions primaires.

Il est évident que les rapports sexuels sont plus intenses si vous décidez de ne pas vous retenir, ce qui entraîne des éraflures, des ecchymoses et des « brûlures de tapis ». C’est l’appel au sadomasochisme.

Naturellement, il y a des rôles et une répartition du pouvoir et dans ce cas, cela fait appel aux D et à la discipline et au fait que les animaux sont parfois définis…

Il s’en distingue toutefois par le fait que le « jeu » n’est pas aussi bien établi et qu’il y a souvent aussi moins de fouets et de menottes.

Le plus souvent, il s’agit de mains qui attrapent ce qu’elles veulent, de cheveux, d’ongles qui laissent des égratignures, de dents qui mordent et d’une ceinture de temps en temps.

En matière d’amour, les « primaires » sont parfois aussi un peu plus difficiles à apprivoiser.

Bien que certaines personnes vivent une monogamie complète, il y en a d’autres qui mènent une vie polyamoureuse lorsqu’il s’agit d’anarchie relationnelle.
Prenez note

Comme presque tous les autres labels, il existe plusieurs avis et considérations concernant ce label qui doivent être discutés. Cela dépend de ce que vous voulez créer, et comme à chaque fois, vous verrez au sein du groupe que certains labels se développeront dans lesquels les gens se sentiront à l’aise.

– « Proie et prédateur »

Cela explique déjà vraiment la dynamique. La proie est consommée. Un prédateur joue un peu avec sa nourriture mais la consommation de la relation est la principale priorité et, en tant que proie, vous comprenez qu’il ne s’agit pas en premier lieu de votre satisfaction (il faut donc que ce soit votre genre de chose pour satisfaire l’autre).

« Mate »

Un compagnon est une personne avec qui on s’accouple. Un « compagnon » est une relation de partenariat qui se concentre également sur l’accouplement. C’est dans ce cadre que se forment les liens et les relations qui dureront même après une relation sexuelle chaude. De ce fait, un « compagnon » peut aussi se transformer en « compagnon » ou en ami et se transformer en une amitié amoureuse.

– Animal de compagnie

Un animal de compagnie est justement cela, et il est aussi traité comme tel. Il s’agit donc d’un « animal de compagnie » qui se fait baiser dans certaines circonstances. Il n’a pas le poids d’un « partenaire ».

Si vous décidez d’explorer le jeu primal, ce peut être un moment sensuel et amusant pour tout le monde – cédez à ces pulsions de base (n’oubliez pas d’établir ces mots de sécurité !) et explorez un type de nœud différent, plus spontané ;).

 

 

Préférence de la femme en couple :
Endroit de préférence pour le sexe de cette femme mariée: